tutelles

CNRS UM IRD

Rechercher





INCLURE{fond=inc/inc-lien-autre-rubrique, id_rubrique=25, html_id=espace-presse, avec_icone=1, lang}

Accueil > Non Traduite > ACTUALITES - actualités - ACTUALITES - actualités - ACTUALITES - actualités

Avis de soutenance d’HDR - Christelle BATIOT-GUILHE

par cmarchand - publié le

Soutenance en vue de l’obtention du diplôme d’Habilitation à Diriger des Recherches - Christelle BATIOT-GUILHE

La soutenance aura lieu le jeudi 29 Juin à 13h45 en salle de conférences du Laboratoire HydroSciences Montpellier.
(Bat 39 de l’Université de Montpellier, Maison des Sciences de l’Eau)

Titre :

Apport du suivi des flux hydrochimiques et de la Matière Organique Naturelle (MON) pour la caractérisation de la recharge et des différentes dynamiques d’écoulement au sein d’aquifères

Jury :

  • Catherine Bertrand (Maître de Conférences - Université de Franche Comté), Rapporteur
  • Nico Goldscheider (Professeur, Karlsruhe Institute of Technology), Rapporteur
  • Jean-Luc Michelot (Directeur de Recherche CNRS, Université Paris Sud XI), Rapporteur
  • Nathalie Dörfliger (Directrice de la Division Eau, Environnement et Ecotechnologies, BRGM Orléans), Examinatrice
  • Bartolomé Andreo-Navarro (Professeur, Université de Malaga), Examinateur
  • Jean-Luc Seidel (Chargé de Recherche CNRS, Université de Montpellier), Examinateur

Résumé :

Les aquifères hétérogènes (aquifères multicouches sédimentaires, aquifères fracturés, aquifères karstiques) se caractérisent par des propriétés hydrodynamiques très contrastées impactant la circulation des eaux souterraines en favorisant des zones d’écoulements préférentiels. La complexité des échanges entre les différents compartiments de tels hydrosystèmes et leur variabilité dans le temps et dans l’espace, rendent nécessaire le couplage des approches hydrologiques, hydrodynamiques et hydrogéochimiques pour caractériser et quantifier les différents flux mis en jeu à l’échelle de l’hydrosystème. L’utilisation de traceurs hydrochimiques et isotopiques peut ainsi permettre de qualifier l’origine des flux et d’estimer les temps de transit ainsi que le taux de renouvellement de la ressource en eau.
Une méthodologie combinant les informations géologiques, hydrodynamiques et différents types de traceurs naturels (éléments majeurs et en trace, isotopes stables de l’eau et du carbone, isotopes non conventionnels : B, Sr, Li) a été mise en oeuvre pour étudier le karst mais aussi d’autres types d’aquifères hétérogènes. Des outils et des indicateurs basés sur l’étude du transfert et du devenir de la MON dans les eaux karstiques ont également été développés. Les suivis couplés du COT-COD et de la fluorescence naturelle menés sur différents systèmes karstiques ont permis de caractériser les flux d’infiltration rapide. Les résultats du suivi en continu de certains composés organiques fluorescents montrent une relation complexe et non univoque entre le COT-COD et la fluorescence mesurés in situ, dépendante du contexte pédoclimatique et environnemental des aquifères étudiés. Des investigations doivent encore être menées afin de rendre opérationnels ces suivis haute fréquence du contenu organique des eaux souterraines. Ainsi, le suivi haute fréquence de tels indicateurs en continu in situ de l’infiltration au sein des systèmes karstiques et de la qualité de l’eau pourra permettre de mieux contraindre leurs dynamiques de recharge et leur sensibilité vis-à-vis d’éventuelles contaminations.
Plus généralement, l’identification et la quantification des types de flux participant à l’écoulement à l’exutoire d’aquifères hétérogènes sont fondamentales pour élaborer un modèle conceptuel de fonctionnement hydrogéologique du système en vue d’une gestion et d’une protection optimales des ressources en eau.